Pourquoi les enfants ont peur du noir?

Beaucoup d'enfants ont peur du noir.

Que ce soit le croque-mitaine dans le placard ou un monstre sous le lit qui les hante, voici comment les parents peuvent aider leurs enfants à vaincre leurs peurs. Stella Berger en France, a deux enfants qui ont peur du noir. Sa fille de 6 ans doit absolument dormir cachée sous sa couverture pour l'aider à combattre sa peur, et son fils de 4 ans insiste pour dormir avec une veilleuse de son petit animal préféré comme la veilleuse licorne ou la veilleuse chat. Stella ne sait pas quand ni pourquoi ses enfants ont développé la peur du noir, mais elle est absolument certaine que le niveau d'anxiété de ses enfants augmente lorsque les lumières s'éteignent.

Veilleuse pour enfants

"Je ne sais pas exactement de quoi ils ont peur quand il fait nuit, mais je sais que leur peur est très réelle", dit-elle.

Des millions d'enfants sont convaincus que quelque chose se cache dans l'ombre et attend pour les engloutir. Les experts partagent quelques théories sur l'origine de la peur du noir, sur les raisons pour lesquelles elle semble si réelle quand on n'a que 3 ans, et sur ce que les parents peuvent faire pour aider leurs enfants à combattre leur anxiété.

Les Premières craintes

La peur est un élément normal de la vie

Pour chacun d'entre nous, y compris les jeunes enfants, elle a tendance à se manifester lorsque vous essayez quelque chose de nouveau, quelque chose que vous n'avez jamais vécu auparavant, quelque chose d'inconnu. "Certaines personnes s'attendent à ce que les enfants n'aient jamais vraiment peur. Bien sûr qu'ils ont peur", déclare Marie L., pédiatre et pédopsychiatre qui collabore occasionnellement avec le docteur G. Bilmann. Pour les enfants, cela arrive presque tous les jours, et la peur a donc beaucoup d'occasions de se manifester, surtout la nuit.

"La peur du noir a tendance à se développer au moment où les enfants sont assez âgés pour avoir le sens de l'imagination", explique le docteur G. Bilmann, thérapeute de la famille Berger. Habituellement, la peur du noir frappe les enfants vers l'âge de 2 ou 3 ans, lorsqu'ils sont assez âgés pour imaginer, mais pas assez sages pour distinguer le fantasme de la réalité, explique le pédiatre.

Cela donne à l'inconnu l'occasion de devenir effrayant. Ajoutez à cela l’inexpérience d'un jeune cerveau, sans aucune distraction pour occuper son esprit, et une ombre dans un coin sombre de la chambre d'un enfant peut facilement devenir un monstre à trois têtes"Il y a moins de distractions pour occuper l'esprit d'un enfant la nuit" dit G. Bilmann, qui est également professeur adjoint de pédiatrie et de pédopsychiatrie à l'université. "Au lieu de cela, son imagination est débridée, et par conséquent, un enfant qui semble bien adapté pendant la journée peut être plus vulnérable la nuit."

 

D'où vient la peur de l'obscurité ?

Qu'est-ce qui fait que les enfants ont peur du noir ?

"La télévision est l'un des pires contrevenants lorsqu'il s'agit de la peur du noir", explique Bilmann. "Les parents ne savent pas à quel point la télévision peut affecter leurs enfants." Les images et les sons de la télévision sont trop stimulants pour leur cerveau, dit-il, exposant les enfants à des choses qui ne sont peut-être pas effrayantes pour un adulte mais qui sont terrifiantes pour un enfant.

"La plupart des parents ne limitent pas ce que leurs enfants regardent à la télévision", explique G. Bilmann. "Par exemple, un jeune enfant, dans une pièce où il regarde la télévision avec un frère ou une sœur plus âgé, peut regarder quelque chose de totalement inapproprié pour son âge. Qu'il s'agisse d'un reportage violent ou même d'un dessin animé populaire, les deux experts affirment que la télévision peut donner aux enfants beaucoup de munitions lorsqu'il s'agit de peur. Les livres sont également coupables de créer des ravages nocturnes pour un enfant, explique le pédiatre.

Les images peuvent être intimidantes

Et provoquer des imaginations déjà actives

suscitant toutes sortes d'idées qui peuvent revenir hanter un enfant, seul dans le noir. Des dessins de monstres aux contes de fées en passant par les sorcières, les enfants peuvent mal interpréter les images et évoquer des craintes qu'un adulte pourrait ne pas reconnaître.

Étonnamment, un autre coupable en matière de peurs nocturnes est un parent bien intentionné qui dit à un enfant : "Tu ferais mieux de bien te comporter, sinon le croque-mitaine ou le camion-poubelle vont venir te chercher", explique Stella. Bien que cela puisse paraître anodin, cette simple phrase peut donner à un enfant un solide sentiment de malaise nocturne. "La plupart des enfants ont un certain degré de peur du noir en grandissant pour une raison ou une autre, la bonne nouvelle est que cela peut être résolu", nous dit G. Bilmann. 


 

LA PEUR DU NOIR: 
Les 7 secrets à faire et à ne pas faire 

1. Communiquez

Du calme, de la sérénité et de la reconnaissance de ce qui est en jeu, il y a des choses à faire et à ne pas faire pour combattre les peurs nocturnes:

La meilleure chose qu'un parent puisse faire pour un enfant qui a peur du noir est de communiquer, d'être respectueux et de montrer qu'il comprend. "Si vous communiquez avec eux depuis le début, ils peuvent comprendre quand vous leur parlez de leur peur du noir", explique G. Bilmann. "Soyez respectueux, ne leur dites pas que leur peur est idiote, parce que non seulement cela ne les aide pas et ils auront toujours peur. Déjà qu'ils se sentent coupables maintenant ils se sentiront aussi honteux".
 

2. Rester calme

"Restez calme quand vous parlez à votre enfant de sa peur du noir", dit Marie. "Écoutez et veillez à ne pas exagérer et à ne pas aggraver la situation".

Donnez à l'enfant le sentiment qu'il est en sécurité, et qu'il peut gérer sa peur. Donnez un nom à cette peur. Expliquez à votre enfant ce qu'est la peur, et aidez-le à comprendre qu'elle est normale. "Rassurez votre enfant en lui expliquant que sa peur du noir est normale", dit encore Marie. "Mais ne soyez pas frustré parce que vous savez que ce dont il a peur n'existe pas vraiment. Ne dites pas que c'est stupide, rabaissant ou taquin. Même si les monstres ne sont pas réels, la peur l'est".

 


3. Soutenez votre enfant

"Les enfants régressent la nuit". Vous pouvez entendre "Je veux maman", alors faites-lui savoir que vous êtes là pour l'aider s'il en a besoin. "Ne faites pas de soirées pyjama. Même s'il peut être tentant de laisser votre petit se glisser dans votre lit, résistez à l'envie. "Vous devez toujours garder les limites qui vous conviennent et donner à votre enfant les outils nécessaires pour faire face à sa peur", explique le docteur Bilmann. C'est valable aussi pour les frères et sœurs.

"Ce n'est pas à votre enfant de s'occuper de son frère ou de sa sœur", explique G.B., "C'est votre travail de parent, donc essayer de résoudre le problème en faisant des soirées pyjama dans la chambre d'un frère ou d'une sœur n'est pas la solution".

4. Donnez du pouvoir à votre enfant

Donnez à votre enfant le pouvoir de s'attaquer à la peur du noir. "Demandez-lui s’il souhaite que son père s'occupe de lui et laissez-le décider de l'heure à laquelle il sera le plus en sécurité", explique Gilles. "Veut-il qu'on vienne le voir dans 5 minutes, ou dans 2 heures? Ce qui peut l'aider à se sentir mieux".

En lui offrant un de ces articles de confort, que ce soit une couverture, un animal en peluche ou une veilleuse, vous l'aiderez à se sentir mieux, il pourra s'endormir profondément.

Allez faire un tour sur le site la-tirelire-francaise votre enfant pourrait être émerveillé par une jolie tirelire, originale comme ci-dessous, et commencer à épargner pour ses futurs projets.


5. Ne jouez pas avec la peur du noir.

Ne dites pas à votre enfant : "Laisse-moi m'assurer qu'il n'y a pas de monstres sous le lit". Ou : "Si tu es un bon garçon, les monstres vont s'en aller". Vous lui donnez l'idée que sa peur est crédible, et qu'il ne pourra pas s'en remettre tant qu'il ne l'aura pas honnêtement comprise. Donc, quand vous fouillez le placard pour lui, c'est pour lui montrer ses vêtements et ses chaussures, pas pour vous assurer qu'il n'y a pas de monstres.

6. Faites en sorte que l'heure du coucher soit apaisante

Selon les deux experts, la télévision est interdite la nuit, tout comme les livres effrayants. Concentrez-vous plutôt sur quelque chose de relaxant, comme un tête-à-tête avec votre enfant.

7. N'ignorez pas les problèmes

Le stress en général, comme le divorce, la mort d'un animal de compagnie ou la naissance d'un bébé, peut mettre n'importe qui en colère et augmenter le risque d'anxiété, même chez les enfants. Par conséquent, cette anxiété peut apparaître la nuit comme une peur du noir, explique G. Bilmann. Si des problèmes familiaux sont en jeu, consultez votre pédiatre et voyez s'il ne serait pas utile que votre enfant parle à un conseiller.

Demandez de l'aide. Avec le soutien d'un parent compréhensif, la plupart des enfants peuvent surmonter leur peur du noir en quelques semaines. Mais si la peur dure plus longtemps, G. Bilmann dit qu'il est temps d'avoir une conversation avec votre pédiatre pour déterminer s'il vaut la peine pour votre enfant d'obtenir de l'aide.

 

 

Articles Récents

La Fête des Lumières - Divali

Le nom Divali est lui-même une contraction du mot sanskrit Deepavali, qui se traduit par "rangée de lampes". Le Divali consiste à allumer de petites lampes à huile en argile...

En savoir plus

Le Steampunk, c'est quoi exactement?

Pour que les choses soient plus claires pour ceux qui ne le connaissent pas, le steampunk est un sous-genre de la science-fiction qui intègre la technologie et les conceptions esthétiques...

En savoir plus

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré